Catégories
Non classé

Le bilan des observations (1 jan. – 31 juill. 2020)

Depuis le début de l’année et en dépit du confinement qui a ralenti la possibilité d’effectuer des observations sur la friche, les naturalistes ont encodé 3.176 données naturalistes (faune et flore) relatives à 445 espèces indigènes.Parmi ces 445 espèces observées sur la friche cette année, 100 l’ont été observées pour la première fois.

En 2019, le nombre de nouvelles espèces découvertes sur la friche s’élevait à 112 (pour un total de 430 espèces vues) ; en 2018 à 103 (pour un total de 371 espèces vues), en 2017 à 84 (pour un total de 318 espèces vues), en 2016 à 168 (pour un total de 341 espèces vues) et en 2015 à 122 (pour un total de 220 espèces).

On arrive aujourd’hui, si on prend en compte l’ensemble des quelques 23.000 observations encodées sur la plateforme naturaliste observations.be à un total de 1.095 espèces observées sur la friche (dont 855 ont été vues entre 2014 et aujourd’hui). Ces 1.095 espèces représentent plus d’ un sixième de la faune et la flore observées en Région bruxelloise (6.144 espèces).

Mieux encore, si on ne tenait compte que de la faune recensée depuis 2014, soit 717 espèces, on constate qu’elles représentent 18 % de la faune (3.980) déjà observée (et recensée depuis 2008 sur la plateforme observations.be) à Bruxelles.

Au cours des 6 dernières années, la faune observée sur la friche Josaphat (25 ha) recouvre près d’un 1/5e de la faune observée sur l’ensemble du territoire de la Région Région bruxelloise (16.200 ha).Pour certains groupes d’espèces comme les papillons et les orthoptères, le nombre d’espèces vues sur la friche représente plus de 30, voire 50 et même 75 % des espèces de ces groupes présents en Région Bruxelloise.

Ainsi 32 des 41 espèces de papillon déjà observées dans la Région y ont été observées ; 14 des 22 espèces d’orthoptères ( Criquets et sauterelles) ; 29 des 49 espèces de libellules ; 186 des 416 espèces d’hyménoptères (Abeilles, bourdons, guêpes, fourmis) ; 109 des 244 espèces d’oiseaux.

Parmi les 100 nouvelles espèces découvertes depuis le début de l’année, on compte quatre espèces considérées comme très rares par la plateforme naturaliste observations.be,

  • Planuncus tingitanaus, un insecte de la famille des blattes, observé le 24 juin et jamais observé jusqu’alors en Région Bruxelloise ;
  • Abrachyglossum capitatum, un diptère de la famille des conopidés, dont l’espèce n’ avait été mentionnée qu’à six reprises en Belgique et dont l’observation 15 juin constitue une première pour la Région Bruxelloise, observation d’autant plus remarquable que l´observation concernait deux exemplaires en train de s’accoupler ;
  • l’Osmie tridentée (Hoplitis tridentata) une abeille sauvage de la famille des megachilidés, observée à 3 reprises sur la friche entre le 30 mai et le 15 juin et qui n’avait été observé auparavant qu’une seule fois (en juin 2019 à Anderlecht)
  • … et l’Anthidie sept-épines (Anthidium septinosum), une autre abeille sauvage de la famille des mégalichidés jamais observée en Belgique jusqu’à sa découverte le 3 juillet 2020.A côté de ces quatre espèces très rares, ont été également observées pour la première fois sur la friche, 12 espèces considérées comme rares.

On relèvera ainsi l’observation de trois espèces d’abeilles sauvages à savoir l’Andrène rosée (Andrea rosae); le Collète fouisseur (Colletes fodiens) le 23 juillet ; et l’Osmie épineuse des caricoles (Osmia spinulosa), observée le 15 juin et le 23 juillet ; Holopyga generosa, un hyménoptère de la famille des chrisydidé, observé le 6 juin (4e observation en Région Bruxelloise, dont 2 eurent lieu à proximité immédiate de la friche); Chrysis germari, encore un hyménoptère de la famille des chrisydidé, observé pour la première fois en Région Bruxelloise le 23 juillet ; Cerceris quadrincta, un hyménoptère de la famille des crabonidés observé le 26 juillet (2e observation à ce jour pour la commune de Schaerbeek après celle du 31 mai dans l’îlot des Chardons, terrain lui aussi menacé par un projet immobilier) ; Nysson maculosus, encore un hyménoptère la famille des crabronidés, dont les observations le 1er juin et le 19 juillet constituent avec celle effectuée 2 semaines plus tard au cimetière de St-Josse (à quelques centaines de mètres de la friche) les uniques données bruxelloises pour cette espèce ; Stenagostus rhombeus, un coléoptère de la famille des élatéridés, observé en train de s’accoupler le 6 juin. Il s’agit pour cette espèce de la 8e données en Région bruxelloise; Calamobie filiforme, un coléoptère de la famille des cérambycidés (longicornes), observé le 31 mai pour la première fois en Région bruxelloise ; Cydia inquinatana, un papillon de nuit, observé le 6 juin et observé uniquement à 4 ou 5 reprises en Région Bruxelloise et dont la précédente observation remontait à 2015 ; Criorhina floccosa, un diptère de la famille des syrphes, observé le 28 mars et observé jusqu’alors uniquement dans la vallée de la Woluwe et en forêt de Soignes. On notera enfin l’observation d’un Héron pourpré (Ardea purpurea) survolant la friche à basse altitude le 5 mai.Pour conclure, on relèvera encore qu’au-delà de ces 4 espèces très rares et 12 espèces rares contactées pour la première fois sur la friche Josaphat, 6 autres espèces très rares et 19 autres espèces rares ont également été recontactées sur la friche.S’agissant de la première catégorie, il s’agit Isodontia mexicana, un hyménoptère de la famille des sphecidés, observé en été à près de 20 reprises sur la friche depuis 2017 sur la friche ; du Célioxe allongé (Coelioxys elongatus), une abeille sauvage de la famille des megachilidé, revue le 21 juin 2020 pour la 3e fois sur la friche après une donnée en 2019 et en 2016 (en dehors de la friche, cette espèce n’a été vue qu’une seule fois ailleurs en Région bruxellois, au cimetière de St-Gilles l’an dernier) ; de l’Hylée de Styrie (Hylaeus styriacus) , encore une abeille sauvage observé le 23 juillet ; de la Piéride de l’ibéride (Pieris manni), un papillon de jour revu le 4 et le 19 juillet sur la friche ; de la Sésie ichneumon (Bembecia ichneumoniformis), un papillon de nuit aux moeurs diurne observé le 28 juin, le 9, 18, 19 et 23 juillet, après 3 observations en 2019 et une en 2018 ; et de l’Orthétrum brun (Orthetrum brunneum), une libellule observée déjà à 16 reprises sur la friche et qui en dehors de cette dernière n’a été observée qu’à quelques reprises au marais de Ganshoren et de Jette en 2013 et 2018, à Anderlecht en 2018 et 2019 (Vogelzang) à Haren sur la friche du Keelbeek, aujourd’hui détruite pour y construire la nouvelle prison et à Forest en 2018 sur une friche également détruite aujourd’hui.S’agissant de la seconde catégorie, on citera sans s’y attarder les observations de douze espèces d’hyménoptères : l’Hylée dilaté (Hylaeus dilatus) ; l’Hylée de Gredler (Hylaeus gredleri) ; l’Hylée pattes jaunes (Hylaeus pictipes) ; le Sphécode ponctué (Sphecodes puncticeps) ; le Célioxe roussi (Coelioxys rufescens) ; l’Osmie épineuse de la vipérine (Hopilitis Hadunca) ; l’Osmie épines-noires (Hopilitis leucomelana) ; le Mégachile de la Luzerne (Megachile rotundata) ; l’Osmie un-angle (Osmia niveata) ; le Macropède à pattes brunes (Macropis fulvipes) ; le Mélitte de la luzerne (Melitta leporina) ; Lestica Clypeata ; l’observation de deux diptères ; le Bombyle hottentot (Villa hottentotta) et ; Cheilosia bergenstammi ; de deux papillons de jour ; l’Hespérie de l’alcée (Carcharodus alceae) et ; le Petit Nacré (Issoria lathonia) ; d’un papillon de nuit ; Sitochroa verticalis ; d’une libellule, le Sympétrum à nervures rouges (Sympetrum fonscolombii) et l’observation d’une espèce d’orthoptère ; le Grillon d’Italie (Oecanthus pellucens).Depuis le début de l’année, ce sont donc 10 espèces très rares ainsi que 31 espèces rares qui ont été observées sur la friche. En prenant en compte toutes les espèces animales déjà recensées depuis 2014 sur la friche, on arrive à un total de 14 espèces considérées comme très rares et 66 comme rares.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *